Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par EDACC

Principalement un art éphémère vu par un très grand public le street art se distingue d’un acte de vandalisme. Les motivations des artistes à afficher leur art dans la rue sont multiples et variées. Elles peuvent être simplement celles de vouloir donner à regarder, mais aussi puissantes dans le sens de faire passer un message. Parce qu’accessible et visible. L’artiste Gédéon, dont l’atelier est installé dans le centre de Combourg, s’est offert un mur au pied de l’église pour un bel hommage à Lucille, femme d’une beauté remarquable et sœur de François René de Chateaubriand. L’écrivain dira d’elle dans ses Mémoires d’Outre-Tombe, « Lucille était grande et d'une beauté remarquable, mais sérieuse. Son visage pâle était accompagné de longs cheveux noirs; elle attachait souvent au ciel ou promenait autour d'elle des regards pleins de tristesse ou de feu. De la concentration de l'âme naissaient chez ma sœur des effets d'esprit extraordinaires. Endormie, elle avait des songes prophétiques; éveillée, elle semblait lire dans l'avenir. Sur un palier de l'escalier de la grande tour, battait une pendule qui sonnait le temps au silence; Lucille, dans ses insomnies, allait asseoir sur une marche, en face de cette pendule: elle regardait le cadran à la lueur de sa lampe posée à terre. Lorsque les deux aiguilles unies à minuit enfantaient dans leur conjonction formidable l'heure des désordres et des crimes, Lucille entendait des bruits qui lui révélaient des trépas lointains ».

L’œuvre de l’artiste Gédéon

Mademoiselle Lucile, vos maux vous rendre belle
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :